play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • play_arrow

    Radio 2 L’Hers Nr.1 For New Music And All The Hits!

  • cover play_arrow

    Leo Bilfeld (UEJF Toulouse): l’université Jean Jaurès a été « épurée »de ses étudiants juifs R2LH

Actualité

ZAC du Rivel: Les opposants dénoncent une zone très émettrice de gaz à effet de serre

today14 février 2024 2

Background
share close

La future Zac du Rivel va s’étendre sur 110 hectares. Les travaux ont déjà commencé malgré la contestation portée par le collectif Non à la ZAC du Rivel. Les opposants remettent en cause le caractère vertueux de la zone promis par le Sicoval. Selon une étude réalisée par l’un de leur membre  la ZAC pourrait émettre  200.000 tonnes d’équivalent Co2 rien que pour sa construction.

Notre reportage radio:

  • cover play_arrow

    Chasing Palm Trees R2LH

Début des travaux de la ZAC du Rivel malgré l’opposition persistante

Les travaux de la Zone d’Aménagement Concerté (ZAC), longuement débattue sur les communes de Montgiscard et Baziège, ont finalement débuté. La ZAC du Rivel, prévue sur près de 110 hectares, suscite une controverse persistante. Depuis des mois, le collectif « Non à la ZAC » œuvre sans relâche pour stopper ce projet. « La première critique concerne son ampleur« , déclare Jean-Baptiste, l’un des membres du collectif. « C’est 80 hectares sur les 110 de la zone qui vont être recouverts de bitume et de béton. Ensuite, les conséquences écologiques en termes d’émissions de gaz à effet de serre et de perte de biodiversité sont préoccupantes. »

Conflit foncier : l’agriculteur Georges Boudrières refuse de céder ses terres

Une autre conséquence de la ZAC du Rivel est l’expropriation de l’agriculteur Georges Boudrières. Malgré les affaires judiciaires, il persiste à refuser de céder 14 hectares de ses terres. Pour lui, c’est aussi une lutte pour la préservation : « Notre ferme est typique du Lauragais, elle a été construite avant 1900« , déplore l’agriculteur. « Je ne peux pas permettre la destruction du travail de nos ainés. C’est un combat pour la préservation, d’autant que ces terres sont d’une grande valeur agricole. »

Controverses autour des motivations et des promesses de la ZAC du Rivel

Le Sicoval affirme que la ZAC du Rivel accueillera des entreprises spécialisées dans les technologies vertes, générant ainsi 3000 emplois. Un argument qui ne convainc guère les opposants. « Les entreprises qui s’installeront ne sont pas toujours encore connues« , dénonce un membre du collectif « Non à la ZAC du Rivel ». « Les 3000 emplois sont pour l’instant hypothétiques. Et seront-ils réellement des créations d’emplois locaux ou des déplacements ? » s’interroge-t-il, citant en exemple la plateforme de Lidl à Baziège où les employés viennent de loin.

Pour apaiser les inquiétudes, le Sicoval promet d’être exemplaire en matière environnementale et paysagère. 27 % de la surface de la ZAC sera dédiée aux espaces verts, et aucune entreprise de logistique n’y sera hébergée, assure-t-il. Mais le collectif « Non à la ZAC du Rivel » reste sceptique. « Le fonctionnement de la ZAC est similaire à celui d’un lotissement, il y a des parcelles et puis on vend les parcelles aux entreprises qui veulent bien les acheter« , explique Jean-Baptiste. « Le Sicoval joue sur les mots en contestant la présence d’industrie logistique, mais en admettant celle d’activité logistique. Avec la proximité de l’autoroute, le trafic routier sera important, et cela, qu’il s’agisse de grande ou petite logistique, est néfaste pour l’environnement. »

Le projet de la ZAC du Rivel est présenté comme le premier parc à énergies positives bas carbone d’Occitanie. Il devrait produire plus d’énergie qu’il n’en consomme grâce notamment à des installations solaires et éoliennes. « C’est de la poudre aux yeux », affirme le collectif contre la ZAC. Ils s’appuient sur une étude réalisée par l’élu du Sicoval, Jürgen Knödlseder, opposé à la ZAC, qui révèle des résultats bien plus alarmants que les estimations initiales. « Les panneaux solaires ne compenseront qu’à peine 5% des émissions de gaz à effet de serre« , souligne Jean-Baptiste. « La zone émettra annuellement 20 000 tonnes de CO2 équivalent, nécessitant la plantation de 3000 hectares de forêt pour compensation. »

Dernier round judiciaire

La bataille pour la préservation de l’environnement et de la souveraineté alimentaire continue, avec en arrière-plan le bras de fer judiciaire opposant la famille Boudrières au Sicoval. Le 20 mars, l’appel contre la procédure d’expulsion sera mis en délibéré, mais pour Nathalie Boudrière, l’épouse de l’agriculteur exproprié, l’appel contre la contestation de déclaration d’utilité publique de juin 2020 est primordial. « C’est la seule action que nous avons engagée », souligne-t-elle. « Si nous n’obtenons pas cette déclaration, le projet tombe, et nos paysages du Lauragais seront préservés. »

Video de notre reportage:

Written by: R2LH

Rate it

Previous episode

Featured

1940-1944 : L’épopée des enfants juifs de Seyre (31)

De 1940 à 1944, un groupe d'enfants juifs persécutés par les nazis a trouvé refuge à Seyre, un tout petit village de la campagne lauragaise (Haute-Garonne). ils ont été ensuite transféré au château de la Hille, en Ariège. L'effectif atteindra une centaine d'enfants en majorité d'origine allemande et des Autrichiens. L'encadrement est composé de quatre à cinq Suisses de la Croix-Rouge, des employés espagnols réfugiés de 1939. En juillet 1942, […]

today11 février 2024


0%